Bienvenue chez les fous

Forum privé
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [ Dossier ] La musique celtique moderne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La vieille Titia
I'll be your God tonight
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3623
Age : 22
Localisation : Derrière toi prête à te bondir dessus. Et à te.. * CENSURED *
Atteint de : De moi.
Occupations : Oh, si tu savais...
Date d'inscription : 29/10/2006

MessageSujet: [ Dossier ] La musique celtique moderne   Dim 16 Nov - 9:35

Une conception interceltique (ou, selon le terme en usage à l'époque, panceltique) de la musique commença en Bretagne avec Taldir Jaffrennou adaptant un assez grand nombre de chansons irlandaises, écossaises et galloises en breton. Ces chansons ont eu un certain succès dans les milieux populaires, surtout dans des milieux proches des chorales et en particulier dans le Léon (Nord-Finistère). Taldir ne cherchait pas pour autant à unifier ces musiques.

Dans cette première optique, mais déjà plus évolutive, Denise Mégevand écrit début des années 50 des arrangements et compositions pour harpe celtique que rejoue son jeune élève Alan Cochevelou (devenu célèbre sous le nom d'Alan Stivell).

L'évolution parallèle des bagadoù, dans les années 60, allèrent aussi vers un mariage de la musique bretonne avec les musiques gaéliques (en particulier dans les bagadoù de Brest Ar Flamm, Brest St Mark et Bleimor).

C'est cependant à Alan Stivell, à partir du milieu des années 60, que revient la conceptualisation de la musique celtique, la recherche de son unité, puis sa promotion dans l'hexagone et dans le monde, notoirement à partir de 1971. Son succès auprès du grand public, ses passages télévisés, ses tournées sur de grandes scènes en Europe et ailleurs, ont favorisé la diffusion de ce concept qui s'est avéré durable.

A la suite et parallèlement au travail d'Alan Stivell, le Festival Interceltique de Lorient a pu renforcer un véritable engouement pour la musique celtique; plus tard, ce fut le tour de son ancien guitariste Dan Ar Braz, avec l'Héritage des Celtes, d'appuyer ce mouvement.

En Bretagne, les années 1970 connaissent une explosion de groupes puisant leur inspiration dans les différentes pays celtiques. Il faut citer le groupe Tri Yann, au départ orienté vers la musique traditionnelle bretonne francophone, puis dont le travail s'est enrichi d'apports irlandais et écossais. Dans cette mouvance folk, on peut évoquer le travail de nombreux chanteurs, musiciens ou groupes bretons pour populariser une musique d'expression celtique qui ne se limite pas à la Bretagne ; parmi les plus connus figurent Gilles Servat, Triskell, Gwendal, Bernard Benoît, les frères Molard (cornemuse).

C'est à cette époque que l'expression musique celtique devient le terme générique qui permet de regrouper l'ensemble des styles musicaux des pays dits "celtiques". Pour satisfaire la demande des consommateurs, les maisons de disques produisent, parfois hâtivement, des compilations de « musique celtique » associant allègrement le kan ha diskan des frères Morvan avec les chants révolutionnaires des Dubliners. La musique de Galice et des Asturies y sera rattachée plus tardivement (années 1990), notamment grâce à l'apport de groupes populaires comme Celtas Cortos ou de musiciens comme Hevia et Carlos Núñez.

Aujourd'hui il est rare qu'un groupe de musique bretonne n'ait pas à son répertoire des musiques d'origine irlandaise, galloise ou écossaise.

---> Les origines

On ne sait rien, ou presque, de la musique pratiquée par les Celtes dans l'Antiquité. L'archéologie nous apporte tout juste quelques éléments sur les instruments utilisés à cette époque, comme la harpe, la flûte, ou le carnyx. La cornemuse, instrument habituellement associé aux musiques celtiques, serait en fait d'origine grecque, voire égyptienne. Elle s'est ensuite répandue en Europe par l'intermédiaire des légions romaines. Elle ne serait arrivée en Ecosse qu'au IXe siècle. On la retrouve aussi dans d'autres folklores qui n'ont rien de celtiques. La harpe, symbole de l'Irlande, est très présente dans les mythes irlandais et gallois.

Des archaïsmes, comme l'utilisation de gammes pentatoniques, peuvent donner des idées sur la musique celtique de l'antiquité.

Les plus anciennes traces de folklore connues dans les pays de langue celtique remontent au Moyen-Age. La première partition jouable, le manuscrit de Pennlyn, date du XVIIe siècle. A cette époque, la destruction de la société clannique en Irlande et en Ecosse par les Anglais entraîne la disparition de la musique de cour au profit d'une musique populaire. De nouveaux instruments, comme le violon, font leur apparition. A partir du XVIIIe siècle, la mode du collectage d'airs populaires par des érudits nous permet d'avoir un vaste aperçu des musiques traditionnelles de cette époque ; Edward Bunting en Irlande, George Thompson en Ecosse, ou encore Théodore Hersart de La Villemarqué en Bretagne nous ont légué en héritage le répertoire des artistes de cette époque. Les premiers pipe-bands écossais n'apparaissent qu'au XIXe siècle d'une rencontre forcée avec les tambours anglais. Les bagadoù bretons, eux, sont nés à la fin des années 1940[2].

[ Source : Wikipédia ]

_________________
Run, Jump & Fly, my Love !



Tcheubeudouboukouetchtoubidoutatalalohiohio.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[ Dossier ] La musique celtique moderne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Musique celtique folk, trad et moderne
» [RESOLU] Dossier Musique ??
» la Musique Celtique & traditionnelle
» Index de musique 1 (Celtique à Classique)
» [Musique celtique] Julie Fowlis (Rebelle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue chez les fous :: Entre nous :: Discussions :: Musique-
Sauter vers: